lundi 25 décembre 2017

Urbanisme tactique et délimitation d'une bande cyclable dangereuse ... possible à Pau ?

Urbanisme tactique: le débouchoir à ventouse, arme d’action massive

Les adeptes de l’urbanisme tactique viennent d’ajouter un nouvel outil à leur arsenal : les débouchoirs à ventouse utilisés comme délinéateurs de pistes cyclables.
Pour de nombreux cyclistes, délimiter des pistes cyclables simplement par de la peinture au sol, dans les zones où le trafic est dense, ne suffit pas. Depuis quelques années, des groupes de citoyens ont donc voulu attirer l’attention des autorités en disposant, de leur propre chef, des cônes orange pour mieux délimiter une bande cyclable que les automobilistes avaient tendance à empiéter.

Gestes symboliques que, souvent, il fallait répéter plusieurs fois, puisque les cônes sont faciles à retirer, mais qui ont parfois conduit à une reconnaissance officielle.

Possible à Pau, Bd Tourasse ? (simulation ci dessous)
Intitulé de l'action :
"Action citoyenne d'expérimentation de sécurisation des aménagements cyclables"
On installe les débouchoirs et l'on observe les améliorations dans la conduite des voitures et le confort ressenti par les cyclistes. Photo, vidéo et bilan des avantages et inconvénients


Déjà réalisé à Wichita, Kansas et à Providence, Rhodes Island

mercredi 13 décembre 2017

Article de la République : Pour la seconde année "Ville Partagée" envoie sa carte de vœux à M. Bayrou

Vélo à Pau : la carte de vœux de Ville Partagée à François Bayrou








Vélo à Pau : la carte de vœux de Ville Partagée à François Bayrou
Le collectif mène plusieurs actions depuis 2015.
Archives Pierre-Olivier Julien

PAR P.-O. J., PUBLIÉ LE 

Le collectif de citoyens s'inquiète toujours de la place du vélo en ville.

Comme en fin d’année 2016, quand un vélo mal en point avait été remis au maire de Pau, le collectif Ville Partagée persiste et signe en cette fin d’année 2017 dans sa revendication de l’amélioration qualitative et quantitative des aménagements cyclables à Pau.
Il adresse aujourd’hui à François Bayrou une carte de vœux pour l’année 2018 dénonçant, illustrations à l’appui, la dangerosité de rouler à vélo à Pau.
Et de citer «l’état déplorable des aménagements cyclables, pistes endommagées ou squattées, discontinuités aux ronds-points, carrefours, traversées et pictogrammes mal entretenus ou inexistants en particulier les sas vélos».
Ville Partagée sollicite ainsi de la municipalité une réaction urgente.

Pau à Vélo et le collectif Ville Partagée manifestent contre l'absence de rampe vélos pour accéder au Hédas


On pourrait imaginer le dialogue 
"Bon, OK, je vous prends comme premier adjoint chargé du vélo en ville"



Pau à Vélo et le collectif Ville Partagée manifestent contre l'absence de rampe vélos pour accéder au Hédas



Promotion du Hédas : Une cinquantaine de personnes étaient là
dont 12 cyclistes rappelant la place du vélo dans la ville

Article de la REP : Ville Partagée et Pau à Vélo au Hédas

Aménagements pour les vélos à Pau: l'impatience


Aménagements pour les vélos à Pau:  l'impatience
Au Hédas, l’aménagement ne satisfait pas l’association Pau à Vélo, qui relève l’absence de rampe pour les vélos.
© archives jean-phlippe gionnet

PAR MIREILLE DUDUN, PUBLIÉ LE .

Alors que s’ouvre ce lundi, la 8e Semaine du développement durable, l’absence d’aménagements inquiète les cyclistes.

Se déplacer autrement. Et consommer autrement. C’est le leitmotiv de l’association Pau à Vélo. Engagée dans la transition énergétique et dans le développement durable depuis des années...

vendredi 8 décembre 2017

Ville Partagée lance une pétition adressée à M. Bayrou pour la protection des "Panneaux libres" de Pau

Pour signer la pétition, cliquez ici

Pour connaître les emplacements des panneaux libres, cliquez ici

Monsieur le Maire,

Je viens vers vous au sujet des « Panneaux libres » de la Commune, implantés sur 36 lieux de la Commune de Pau.
Ces panneaux, exclusivement dédiés à l'affichage à but non lucratif, sont constamment utilisés pour des publicités à but lucratif, notamment pour faire la promotion des spectacles du Zénith et des cirques de passage...à tel point que les associations et citoyens ont renoncé à y mettre leurs informations les voyant dès le jour même ou le lendemain recouvertes par leurs publicités.

Je vous rappelle que ces panneaux sont protégés de toute publicité abusive par l'article L581‐13 du Code de l'environnement.

Votre statut d'officier de police judiciaire vous donne autorité pour faire respecter la loi et pour sanctionner les délits.
C'est à ce titre que je vous somme d'agir au mieux : utiliser ces panneaux pour rappeler la loi, inciter votre police à rechercher les coupables, les avertir, les verbaliser et le faire savoir aux citoyens et aux associations.

La loi prévoit des sanctions importantes pour les contrevenants : amende de 3.700 euros et astreinte de 200 euros par jour. Ce serait bon que vous puissiez au moins le leur rappeler, au mieux demander à votre police de veiller au respect de la loi.