dimanche 17 mars 2019

Marche pour le climat - PAU - samedi 16 mars 2019



Retrouver le texte de l'intervention ci-dessous:
Le collectif Ville Partagée que je représente souhaite apporter son soutien à la marche d’aujourd’hui car la production inutile et dangereuse de déchets qui vont finir un jour ou l’autre sous terre ou dans l’océan pour une grande partie d’entre eux est un des combats majeurs de l’écologie que nous partageons entièrement.
Dans les autres préoccupations que nous avons il y a la gabegie énergétique, grand chantier aussi avec beaucoup de paroles et peu d’actes.
 A ce sujet, Ville Partagée s’est positionnée publiquement depuis un moment déjà pour la suppression du grand prix de Pau avec pétition à l’appui et articles dans la presse.  Par ailleurs, une association qui porte ce même nom Pour la suppression définitive du grand prix automobile de Pau a récemment été créée par un collectif de citoyens qui mène aussi ce combat et celle-ci a interpellé par écrit (et courtoisement je le précise) la société Total pour lui demander de clarifier sa position de sponsoring vis-à-vis de cet événement, lettre restée sans réponse à ce jour !!!
Beaucoup d’entre nous ici ont une certaine habitude des lettres restées sans réponse…
C’est pourquoi cette fois et puisque le collectif ilestencoretemps qui organise cette marche m’a proposé de prendre la parole,  Ville Partagée par ma voix adresse  aujourd’hui une lettre ouverte à monsieur le maire de Pau, au sujet du grand prix, lettre que je vais vous lire, au moins si elle reste sans réponse, vous, vous l’aurez  entendue…
 Monsieur Bayrou
En tant que maire de Pau, vous êtes l’acteur décisif de la pérennisation ou pas du Grand Prix Automobile de Pau. Au mois de mai prochain, nous en serons à la 78ème édition… il est des traditions qu’il faut savoir questionner !
Devant l’urgence climatique, nous ne pouvons plus montrer en spectacle une épreuve qui est une absurdité énergétique (légitimant la consommation débridée de carburant et le dégagement de CO2 qui en résulte) sans compter les nuisances de tous ordres, la confiscation de l’espace public pendant plus de trois mois, l’impact sur la nature environnante et en particulier sur le parc Beaumont.
Les rêves d'aujourd'hui ne sont plus ceux du siècle dernier. Il faut se rendre à l’évidence, aujourd’hui, un Grand Prix automobile est une manifestation d’un autre âge qui est un non-sens écologique et historique.
La transition énergétique nécessite plus que des mots et de l’affichage, il faut impérativement des actes politiques clairvoyants et forts. Nous vous demandons, Monsieur le Maire, d’avoir le courage de mettre fin à ce grand prix et d’envoyer ainsi un message fort sur l’engagement écologique de la ville de Pau.
Il est grand temps de faire place à de nouvelles fêtes populaires dignes du 21ème siècle.
                             Voir la vidéo complète réalisée par Jean-Yves:


                                                            Pétition en ligne :  

mercredi 6 mars 2019

Festival de Saragosse à la friche La Herrère - mois de Mars

Programmation de mars:

... et une mention particulière pour clôturer le mois de mars avec un vide grenier poétique



mercredi 10 octobre 2018

vendredi 14 septembre 2018

Balisage collège Jeanne D'albret - vendredi 14.09.2018






Malgré une campagne de publicité invitant les automobilistes à faire attention aux enfants à proximité des écoles (pour quels résultats?), la ville de Pau a encore beaucoup de travail à faire pour en assurer la mise en œuvre effective et étendue à l'ensemble des établissements d'enseignements.




 Pour exemple à proximité du collège Jeanne d'Albret, la sécurité des élèves n'est pas assurée.


les voitures empiètent allègrement sur le cheminement piétons/cyclistes qui arrivent depuis l'avenue du Général Leclerc. Un cheminement au sol était tracé avant réfection du revêtement, et depuis (malgré un courrier de relance à la marie), rien...






  Le groupe ville partagée a effectué à 8h00 une action aux abords du collège, pour mettre en évidence, une fois de plus, un défaut flagrant de sécurité pour les élèves (notamment ceux qui arrivent à pied, en car, en bus ou à vélo) et souligner que la Ville de Pau (ou la collectivité compétente) n'assure pas ses missions les plus élémentaires alors même que l'élémentaire existait encore il y a peu.


Un marquage au sol (équipement minimal) permettra de  retrouver un cheminement apaisé pour les élèves (et les riverains).

Cette action était menée devant le collège Jeanne d'Albret, mais Ville Partagée aurait pu se poster en de nombreux endroits dans Pau, tant les équipements prenant en compte les plus fragiles font défaut.



La presse en a parlé !


































Quelques jours plus tard... la mairie est passée par là... mais quelle bande ridicule !!!


lundi 21 mai 2018

iNOguration de la passerelle Ubizanos


Compte rendu de l'iNOguration de la passerelle de Mazere-Bizanos

Les élus n’aiment pas reconnaître leurs erreurs. Pourtant à la réunion à la mairie lundi 14,

on aurait pu penser qu'ils feraient amende honorable... on les sentait vraiment penauds devant le rejet quasi unanime et les moqueries.


Mais vendredi Francois Bayrou et les élus concernés on tenté de faire oublier cela en transformant cet échec en succès, sous les applaudissements de la foule...
La foule ? En dehors des conseillers divers et des obligés du prince, combien étaient-ils ceux qui applaudissaient spontanément ? Moins sûrement que la bonne 10aine d’agents de sécurité missionnés pour écarter les mécontents…
L'histoire continue...