samedi 22 février 2020

En cette période pré-électorale...


François Bayrou aime Pau. Mais aime t-il seulement ses piétons?
L
es illustrations à travers toutes la ville laissent en douter. Des passages piétons sur des voies empruntées par des milliers de véhicules/jour sont effacés, des zones 30 mal repérées (proche d'une école encore!). Des excédents de gravillons sur des marquages neufs ne sont pas ramassés et c'est le piéton qui risque de glisser sur un passage qui est censé le protéger! Espérons que les services municipaux seront plus réactifs que pour l'avenue Ridgway où la plaisanterie (excédent de gravier lié à la "réfection" de la voie) avait duré des mois et assurément encombré le réseau d'évacuation des eaux pluviales.
Il faut reconnaître que ce doit être effectivement difficile de réaliser en trois mois ce qui aurait pu (dû) l'être en six ans. Même avec de la peinture de mauvaise qualité qui ne survivra pas longtemps après la prochaine échéance municipale. En effet, les marquages au sol "neufs" sont déjà en train de disparaître. Pas étonnant non plus vu l'état de surface de la voirie sur lesquels on les appliques. Mais les revêtements neufs eux-mêmes fatiguent vite, avenue H Russell par exemple, et ne parlons pas de la voie verte du boulevard des Pyrénées ou de la rue des Cordeliers.
La dernière rumeur annonce que la prochaine édition du Paris-Dakar se déroulera à Pau. "Sensations garanties, le sable en moins".
Toujours est-il que le piéton doit, en plus d'être vigilant sur des trottoirs défoncés type Verdun ou Bayrouth aux temps anciens, en plus d'être étroits, malcommodes avec des devers importants pour les personnes vieilles ou enfants en bas âges, les PMR les poussettes,...en plus de cela donc il doit être hypervigilant pour pouvoir traverser la rue en restant en vie et trouver enfin du travail qui lui rapportera un pognon de dingue (dixit un ami de FB) pour pouvoir payer des impôts dont il ne voit pas une juste utilisation !
Quelques photos en février 2020...
....et l'engagement garanti de F Bayrou à l’association Pau à Vélo en mars 2014














dimanche 17 mars 2019

Marche pour le climat - PAU - samedi 16 mars 2019



Retrouver le texte de l'intervention ci-dessous:
Le collectif Ville Partagée que je représente souhaite apporter son soutien à la marche d’aujourd’hui car la production inutile et dangereuse de déchets qui vont finir un jour ou l’autre sous terre ou dans l’océan pour une grande partie d’entre eux est un des combats majeurs de l’écologie que nous partageons entièrement.
Dans les autres préoccupations que nous avons il y a la gabegie énergétique, grand chantier aussi avec beaucoup de paroles et peu d’actes.
 A ce sujet, Ville Partagée s’est positionnée publiquement depuis un moment déjà pour la suppression du grand prix de Pau avec pétition à l’appui et articles dans la presse.  Par ailleurs, une association qui porte ce même nom Pour la suppression définitive du grand prix automobile de Pau a récemment été créée par un collectif de citoyens qui mène aussi ce combat et celle-ci a interpellé par écrit (et courtoisement je le précise) la société Total pour lui demander de clarifier sa position de sponsoring vis-à-vis de cet événement, lettre restée sans réponse à ce jour !!!
Beaucoup d’entre nous ici ont une certaine habitude des lettres restées sans réponse…
C’est pourquoi cette fois et puisque le collectif ilestencoretemps qui organise cette marche m’a proposé de prendre la parole,  Ville Partagée par ma voix adresse  aujourd’hui une lettre ouverte à monsieur le maire de Pau, au sujet du grand prix, lettre que je vais vous lire, au moins si elle reste sans réponse, vous, vous l’aurez  entendue…
 Monsieur Bayrou
En tant que maire de Pau, vous êtes l’acteur décisif de la pérennisation ou pas du Grand Prix Automobile de Pau. Au mois de mai prochain, nous en serons à la 78ème édition… il est des traditions qu’il faut savoir questionner !
Devant l’urgence climatique, nous ne pouvons plus montrer en spectacle une épreuve qui est une absurdité énergétique (légitimant la consommation débridée de carburant et le dégagement de CO2 qui en résulte) sans compter les nuisances de tous ordres, la confiscation de l’espace public pendant plus de trois mois, l’impact sur la nature environnante et en particulier sur le parc Beaumont.
Les rêves d'aujourd'hui ne sont plus ceux du siècle dernier. Il faut se rendre à l’évidence, aujourd’hui, un Grand Prix automobile est une manifestation d’un autre âge qui est un non-sens écologique et historique.
La transition énergétique nécessite plus que des mots et de l’affichage, il faut impérativement des actes politiques clairvoyants et forts. Nous vous demandons, Monsieur le Maire, d’avoir le courage de mettre fin à ce grand prix et d’envoyer ainsi un message fort sur l’engagement écologique de la ville de Pau.
Il est grand temps de faire place à de nouvelles fêtes populaires dignes du 21ème siècle.
                             Voir la vidéo complète réalisée par Jean-Yves:


                                                            Pétition en ligne :